Blablas

Les films de la saison

Cet automne, la programmation des cinémas m’a paru assez exceptionnelle. Peut être aussi parce que j’avais un cinéma art & essai dans la ville où j’ai passé la saison. Quoi qu’il en soit, je tiens à partager ici mes avis, en espérant que cela vous donnera des idées pour les longues soirées télé d’hiver à venir 😉

 

Moi, Daniel Blake

Le dernier film de Ken Loach (après La Part des Anges et Le Vent se lève, magnifiques), nous amène en Angleterre sur les traces de Daniel Blake. Un menuisier contraint d’arrêter de travailler suite à des problèmes cardiaques, et qui s’engouffre alors dans le parcours du combattant de la reconnaissance de son incapacité afin d’obtenir les indemnités correspondantes. S’ensuivent absurdités et incohérences administratives, bureaucratisme condescendant, employés piégés par des règles rigidesAfficher l'image d'origine … Dans cette jungle où il n’est clairement pas le bienvenu, Daniel rencontre Katie, qui avec ses 2 enfants tente par tous les moyens de garder la tête hors de l’eau. Les liens se nouent, les larmes coulent, l’argent manque, la dignité est mise à rude épreuve. Comme le dit Dan, il n’est qu’un citoyen qui mérite qu’on le traite comme un humain.

Ce film, tragique au possible, nous met en face de l’inadéquation entre administratif et la vie réelle. Ou comment des personnes doivent tirer sur la corde et déployer toute leur énergie interne pour « survivre » alors qu’il suffirait qu’on leur tende la main et qu’on les écoute avec bienveillance. Pas de jugement ici, un regard juste et acerbe sur la société, et un profond désarroi qui nous envahit quand on imagine les milliers de Daniel Blake dans le monde. Ken Loach interroge ici notre rapport à l’autre, ce qui le rend respectable, et comment la stigmatisation consume l’estime de soi.

 

Le Ciel Attendra

Des parcours, des femmes, adolescentes ou mères, des familles, des questions, des incompréhensions, des explications. Comment le mécanisme de la radicalisation opère-t-il ? Comment sont séduites ces jeunes filles, en apparence correctes sous tous rapports ? Quels schémas de pensées et d’actes suivent-elles ? Et comment sort-on de cet enfer ?

Réalisé par Marie-CaAfficher l'image d'originestille Mention-Schaar, avec Dounia Bouzar dans son propre rôle de conciliatrice, relais famille, psychologue presque, mais surtout soutien indéfectible. Elle réchauffe le film, son énergie est hypnotique, on ne peut qu’être admiratif de cette femme qui a fait de l’accompagnement sa priorité. On est plongé au cœur de l’horreur du quotidien, au plus près des peurs et des angoisses des proches, et aux côtés de ces filles qui cherchent des réponses, qui cherchent une communauté à rejoindre, une utopie dont elles veulent faire partie. Ce film humanise le problème de la radicalisation, il le dissocie bien de la vraie religion de l’islam, on est parfois choqué et stupéfait, mais on est mis face à un vrai problème actuel. L’exploitation des fragilités et de la perte de repères des adolescents dans un but morbide et destructeur. Les doutes et la quête d’identité au service de l’embrigadement psychologique.

La réalisatrice a comme projet de le diffuser dans tous les collèges en partenariat avec l’Education Nationale. Car comme elle le dit « Si cela peut sauver ne serait-ce qu’une jeune fille, j’aurais atteint mon but. »

Réparer les vivants

Très attendu, l’adaptation du roman culte de Maylis de Kerangal tient ses promesses. J’avais essayé de lire le livre, mais j’ai eu beaucoup de mal avec son style, phrases très longues, on en sort hors d’haleine, je n’ai pas tenu le rythme etAfficher l'image d'origine ait abandonné. Mais dans le film, tout prend vie et s’anime. L’histoire de Simon, un jeune surfeur mort par accident, de ses médecins pour qui ses organes sont tout à fait viables malgré la mort cérébrale, de ses parents qui vivent la plus grande tragédie de leur vie, de Claire qui est à bout de souffle, en attente d’un nouveau cœur pour reprendre le cours de sa vie. C’est l’histoire du don, de la perte, de la vie qui s’en va et qui revient, de la tristesse qui laisse place à la joie.

J’avais pu suivre dans Causette (voir ici) la « saga » de la réalisation du film, de l’écriture du scénario au montage, du choix des lieux de tournage au casting … Et j’en avais eu l’eau à la bouche ! Je ne suis pas déçue et bien au contraire, impossible de ne pas être pris d’émotion devant cette histoire du quotidien, 24h à en perdre haleine, mais pas de précipitation, on prend le temps de décortiquer les moments, les suspensions, les respirations. On ressort en se disant que l’espoir n’est jamais bien loin 🙂

Mal de pierres

Marion Cotillard, encore surprenante et toujours magnifique, vraie. Ici, elle joue Gabrielle, jeune femme enterrée dans un mariage arrangRésultats de recherche d'images pour « mal de pierres »é sans amour, en révolte contre tous, perdue en elle-même, en désarroi constant, à la recherche de la passion, du feu du désir. Tout bascule pour elle quand elle rencontre André Sauvage lors d’une cure médicale. Son cœur se réveille, l’urgence d’aimer prend le dessus sur tout élément raisonnable.

Prenant place dans l’après-guerre, cette histoire tiré du roman de Milena Agus nous transporte dans le temps. Magnifiquement portée par des comédiens puissants (Alex Brendemuhl et Louis Garrel), il nous montre comment la passion peut consumer, comment l’envie d’aimer et d’être aimé peut faire perdre tout contrôle, faire oublier toute logique. J’ai beaucoup aimé l’ambiance générale, assez austère et froide, minimaliste dans les discours mais poignant dans tout le reste.

 

Les Animaux Fantastiques

Fan d’Harry Potter, vous allez ressentir un petit frisson en entendant la bande-son inspiré de la saga *.* J.K Rowling nous livre l’histoire de Norbert Dragonneau (remember le tome 1), passionné d’animaux enchanteurs, qui débarque à New York dans les années 60. Malheureusement sa valise n’est pas assez solide et quelques fuites causent la pagaille … On retrouve tout l’imaginaire de l’auteur, toute la magie dans une autre époque, dans un autre pays. Quel bonheur de se replonger dans cette atmosphère ! Ce qui est génial c’est que ce n’est pas du tout une « suite » ou un « prequel », on ne parle pas des mêmes personnages, c’est simplement le même monde. Effets spéciaux ensorcelants, dialogues hilarants, suspense et combats sont au rendez-vous.Afficher l'image d'origine

 

Et vous, quels ont été vos films préférés cette saison ? 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s